Parabole de l'enfant prodigue

Un hom' avié dous enfans,dei quaous lou pu jouiné diguet à soun pero :
moun péro douna mi lou ben que mi deou révénir à ma part.


e li fè lou partagi de soun ben.

Ben paou de jours après,lou pu jouiné empourtant em'eou tout ce qu'avié,s'en ané vouyajar en un peis elouagna

ounté despensé tou soun ben en debaouche.

après qu'agué tou counsuma survengué uno grando famino dins aqueou peis, e sougué tallamen destitua de touteis causos

que fougèt oublija de sé loujar em un habitan deau lieuch que lou mandé dins la fermo per li gardar lei pourcs

aqui eou désiravo de pouguer se remplir l'estoumac dei douossos que lei pourcs manjavoun,

may degun noun l'in dounavo.

anfin esten rintra dins eou mémé, digué :

coumben de mercenaris dins la meisoun de moun péro
que han de pan en aboundanci,e iou mouri eissi de fan


foou qué mi lévi e que vagué trouvar moun pero e que li digui:
moun pero hai pecca couontre lou ciel e devan vous,
sjou noun siou pa digué à présen d'esté appella vouostré fiou, trattami coum'un dei voustrés mercenaris


Se levé dounqué e vengué trouvar soun pero,may lorsqu'ero en caro luen,soun pero l'appercevé e toucca de counpassioun, courré l'embrassar e lou baisé
soun fio li digué:moun pero hai pecca couontro lou ciel e deavn vous.jou noun siou pa digne à présen d'estré appella vouostré fiou.


may lou pero digué à sei servitours:
appourta li proutamen sa premiaro rauobo, e mette liou,passas li un'aneou aou dé e dé souliés as pés. Anas menar lou védeou gras et tuas lou,mangen e faguen gran chiére;parce qu'aquestou es moun fiou qu'éro mouort e es ressuscita;ero perdu e es retrouva,feroun gran festo.


Dins aqueou tens soun fiou ayné qu'aro en campagno revengué, é lorsqu'esten près de la maysoun entendè la musico e la danso,appelé un de sei servitours per saber d'eou ce que si passavo es,li digué:
qu'és aco ?


Lou varlet li respondé :
vouestre fraïre es tourna et vouestro païre a tua lou veou gras, parcequè lou trobe en bouene santa


aco lou mété en coulére,tallemen que voulié pa intrar
mé lou païre souté è li disè:
anen ça intre.


l'enfan li respoundè:
li a déja une man d'ans que vous sirvou, vous ai jamaï desfoucta de ren dè cè què m'avè coumanda, e cependan m'ava jamaï douna un chabret per me regala émé mois amis. Mais d'abord que vouestre aoutre enfan qu'a manja tou soun san fresquin émé de couquines es tourna,fasé tuar per el lou veou gras


aloure lou païre li disé:
moun enfan tu sias toujour émé iou,
e tou ce qu'aï es tiou
mè chalie se regalar e nous divertir
parce que toun fraïre ére mouert é es ressucita,
ere perdu, e l'aï atrouba