Parabole de l'enfant prodigue en Provençal de Digne

Un hommé avié doux enfans.
Lou cadét digué à soun pero :
moun péro douno mé lou pourtien dé vouestré ben qué déau me révénir.


e lou péro partagé soun ben entré ses doux enfans.

Paou dé tems après,quand agué ramassa tout cé qué ly revénié,
lou cadet parti et s'en ané ben luen


et dissipé tout soun ben dins lou libertinagi.

avié tout mangea quand une grando famino affligé aquello contrado ,
et aquest enfant coumencé dé se trouvar dins lou bésoun


alors ané sé mettré au sarvici d'un homme dau pays
que lou mandé à sa bastido per gardar lous pouorcs


l'enfant avié grando envéjo dé sé rassasiar des gruéyos
que lei pourcs manjavoun,


et degun n'in dounavo.

alors fé un rétour sur éau même et sé digué :

l'y a din l'oustau de moun péro tant de doumestiquos
que an de pain en aboundanci et iou siou eichi
que mouorou de fan


Partou,vau trouvar moun pero et ly dirai:
moun pero ai pecca couontré lou ciel e couontré vous,
siou plus digné de pourtar lou noun de vouostré enfant,
trata-mé coumo un dé vouostrés doumestiquas


Tout dé suito se metti en camin et ané trouvar soun péro,
éro en caro luen quand soun pero l'apercévé
lou pero touca dé coumpassien l'y courré au davant,
sé jitté à soun couol et l'embrassé.
Moun péro l'y digué soun enfant:
ai pécca couontré lou ciel et couontré vous,
méritou plus dé pourtar lou noun de vouostré enfant.


son pero digué à ses doumestiquos:
anas mé vité sarcar las pu béous habits ,
vestissés nen moun enfant;
mettés ly uno bago au dét et de souliers és pés,
anas chausir lou védéau lou pu gras et tuas lou
afin qué mangen et qué sé régalen,
parcé qué moun enfant qué vésés aqui éro mouort et és réssuscita;
éro perdu per iou, et l'ai rétrouva
et sé mettéroun à faire bouono chiero.


l'ainé dés enfans ero alors à la campagno,
quand révengué et qué fougué proché de la maisoun
entendé la musiquo e la danso,
alors appellé un das varlets et ly démandé ce qu'éro tout aco.


Lou varlet ly respondet :
vouestré fréro es arriba et vouestré péro a fa tuar lou védéau gras
parcé qué a rétrouva soun enfant ben gaillard,


l'ainé fougué tarament de marrido
humour d'aco qui voulié pas intrar,
soun pero sourti et vengué l'en prégar éau mémé.


mais ly respoundet:
moun pero l'y a tant dé tems qué vous coumplaisou en tout
et que n'ai jamais ren fach contré vouestré gra
et pourtant m'auria pas douno un cabri per mé régalar amé mais amis
mais vouestré autré enfant qué a mangea tout soun ben amé dé fillos de marrido vido
n'es pas pu léau arriba que fés tuar per éau lou védéau gras.


Soun pero ly réspoundet:
moun enfant sias toujour amé iou et tout cé qué ai,
és à vous mais éro ben justé dé sé régalar
et dé sé réjouir parcé qué vouostré fréro éro mouort et és ressuscita
ero pardu et l'aven rétrouva.