Parabole de l'enfant prodigue

Un home avié doux garçoun.
Lou pu jouyné diguet à soun paÿré :
Moun paÿré dounés mé cè qué deou mé rèvéni de vouosté ben.


et lou paÿré ly fé lou partagé dé soun ben.

Paou dè jours aprés, lou pu jouyné d'aquelés garçouns
acampé tout cé qu'avié et s'en ané din un paÿs estrangié abor luen


ounté fricacé tout sounet ben en excés et en deïbaouchos.

quant l'aguet tout fricaça venguet uno grando famino, din aqueou pays d'acqui,
et alor coumencé de toumba din la miséri


S'en ané dounc et se métet oou sarvicé d'un habitant doou pays,
qué lou mandet à sa bastido per garda lès pouceous


et acqui oourié ben vougu se gounfla des gruéÿos que lei pouceous mangeavoun


maï degun n'in dounavo gis.

anfin iten reintra dins eou mèmè diguet :

l'y a din forsso varlés a gages encò de moun paÿré
qué an maï de pan qu'a noun n'in faou,
et yeou mouoré eïci dè fan !


faou qué parté et qué m'en vagué trouba moun paÿré et que l'y digué:
moun paÿré aÿ peca couontro lou ciél et couontro vous,
et siéou plus digné que mé digoun vouostre enfant,
traté mé coumo un dé vouostrés varlés à gagis


se lévé dounc et venguet trouba soun paÿré,
et quant éro encaro ben luen, soun paÿré l'apercévét
et n'en fouguet touca de coumpassien et en courren a eou,
sé gitet à soun couol et lou beïsé.
soun enfant ly diguet :
moun paÿré,aï péca couontro lou ciel et couontro vous,
et siou plus digné d'estré appela vouosté enfant.


alor lou paÿré diguet à ses varlés:
adujés vité la pu bello raoubo,
mété vouly,métés ly un anneou oou dé et dé souliés es pès;
adujés pereou lou vedeou gras et tués lou
mangen et fan bouono chiero,
parcéqué moun enfant qué veÿci ero mouor et és réssuscita;
éro perdu, et ès retrouba
coumenceroun doun dé faÿré féstin.


din aqueou tem,soun enfant aÿna qu'ero à la campagno,
révenguét et quant signé proché de l'oustaou
entendé les concers et lou bru d'aquelés qué dansavoun,
cridé doun un dès varlés et ly démande cé qu'aco ero.


Lou varlet l'y respondet :
cé que vouoste fraÿré es revengu et vouosté paÿré a tua lou vedeou gras,
parcé qué lou reveit en santa,


aco l'aguen més en couléro,
voulié pas intra din l'oustaou,
maï soun paÿré isten sourti coummençavo de lou pregua d'intra.


sus aco,prenen la paroulo,diguet à soun paÿré:
vaqui deja fouorço d'annados qué vous servé
et vous aÿ jamaï désoubéï en ren dé cé qué m'avés coumanda
et pourtant m'auria pas douno un cabri per mé régalar amé mais amis
m'avés jamaï douna un cabri per mé réjoui amé més amis
maï tout d'abord que vouoste aoutre enfan qué a mangea soun ben amé de fremos perdudos,
és vengu,avés tua per eou lou vedeou gras


alor lou paÿré ly diguet:
moun enfant sias toujou amé yeou et tout cé qué aÿ,
és vouostré. maï fourié faaïre festin
et nous réjoui parcé qué vouosté fraïre éro mouor et és ressuscita
ero pardu et es retrouba.