Parabole de l'enfant prodigue

Un homé avié dous enfans, lou plus jouvé digué à soun païré :
païré, douna mé la part doou ben qué mé reven.


é lou païré fagué lou partagi de soun ben.

Pau dé jours après lou plus jouvé dei dous enfans
parté émé tout cé qu'avié
per s'en anar dins un pays fouort luen


é ounté attubé tout soun ben en viven din la déibauche.

quan agué tout accaba,arribé uno gran famino dins aquo pays é coumencé à sentir la miseri,

alors s'en ané e s'estaqué aou servici d'un dei habitans daou pays qué lou mandé à sa bastié par li gardar lei puercs

aqui aurié ben desira de puoissé remplir soun ventré dei govos qué lei puercs manjavoun

mai dégun nin dounavo.

anfin revengu en eou mêmé digué :

quan li a de gens a gagis din l'houstaou dé moun païré
qué an lou pan a lour sadoul é iou mouérou eissi de fam !


parten,anen troubar moun païré é diguen li :
moun païré, aio pecca couentré lou ciel é couentré vous,
aro siou plus digné d'estré appela vouestré enfan,
trata mé coumo un de vouestrés varlés


parté dounc é vengué troubar soun païré,
eroo encaro ben luen qué soun païré lou végué
n'en fougué toucca de counpassiou, é courrent an éou
, se gité à soun couel è l'embrassè.
e soun enfan li digué:
moun païré aï pecca couentré lou ciel é couentré vous,
siou plus digné d'estré appelam vouestré enfan.


Alors lou païré digué à sei varlets:
adusé léou sa premiero raubo, habilla lou,
mettè li un aneou au dè e de soulier as ses pés.
Adusés un veou gras é tua lou,
manjen et se régalen parqué moun enfan qué veissi ero mouort é es ressucita,
ero pardu é s'es retrouba, coumenceroun doun à sé regalar.


Cependan l'ainé deses enfans qué ero en campagno,
revengué è coumo s'aprouchavo de l'houstaou ausé la musico é la danso,
appelé ben leou un dei varlés li demandé cé qué ero


Lou varlet varlé li respoundé :
vouostré fraïre es revengu e vouestré païre a tua un veou gras,
parcé qué la retrouba ben pourtant


aquo lou faché é vourié pas intrar
mai lou païre sourté è lou pregué d'intrar.


alors l'ainé digué à soun païré:
veissi lontems que vous servou,
jamaï vous ai desoubéi en ren de cé qué m'avé coumanda,
pourtan m'avé jamai douna un cabri per mé régalar émé més amis.
é sutti qué vouestré autre enfan qué a accaba tout soun ben émé les fillos de marrio vido revengué per qué tués un veou gras


lou païre li digué:
moun enfan siés toujour émé iou,
tout ce qué ai es tiou
mai chasié ben sé regalar e sé rejouir
de cé qué toun fraïre que veissi éro mouart é es ressucita,
qué ero perdu, é es retrouba